L'expérience de l'enseignement comodal


A l'occasion de le formation internationale #BELC 2021 qui se tiendra du 15 au 25 juin 2021 en ligne et en présentiel à Hong Kong, le module "Enseigner le FLE en comodal" sera proposé par Tony Tricot de l'Académie de l'Alliance Française de Paris. 

Pour plus d'informations et pour vous inscrire, rendez-vous sur le site
www.francophoniehk.com 


BELC 2021

La pandémie du Covid-19 est venue bousculer les pratiques d’enseignement à grande échelle. En motivant le passage de l’intégralité des cours en ligne en février 2020, la crise a participé à la montée en compétences des enseignants sur le plan technique et pédagogique, avec une maîtrise accrue des outils numériques.

Avec la reprise plus ou moins interrompue des cours en face à face, l’Alliance Française de Hong Kong pouvait imaginer un retour aux pratiques classiques de face à face - c’était sans compter sur l’appréhension chez certains étudiants de revenir dans le centre, sentiment allié à leur envie de continuer avec leur groupe de toujours… qui lui était revenu en face à face.  

Point de limite imposé quant au nombre maximum d’étudiants par classe, point d’action du gouvernement local forçant la transition vers le comodal, les premiers cours de ce type sont ainsi nés d’un besoin de satisfaire des demandes apparemment contradictoires : présentiel et distanciel dans un temps synchrone. 




Une volonté et un support institutionnels

Il existe aujourd’hui une volonté institutionnelle de tester le dispositif comodal pour répondre aux mutations dans les modes d’enseignement. Le public auquel s'adressent de nombreux Alliances et Instituts Français, à l’instar de celui de Hong Kong, a perdu en mobilité depuis le début de la crise du Covid. Techno-habile et contraint dans l’espace comme dans le temps, il a fallu lui proposer des solutions pour rendre possible la poursuite de son apprentissage du français. 

Localement, c’est tout le réseau des Alliances françaises de Chine qui s’organise pour mener à bien des expérimentations sur les cours hybrides, à distance, ou comodaux. A travers le plan numérique AFChine, ce plan entend préparer le terrain pour un enseignement du FLE repensé, à la fois davantage tourné vers le numérique et vers les nombreuses possibilités qu’il offre. Ces nouveaux dispositifs offrent également une plus grande flexibilité pour l’apprenant. 

La Chine, avec ses mégalopoles et ses temps de trajet rédhibitoire, est le terrain d'expérimentation idéal pour embrasser cette transition numérique. L’Alliance Française de Hong Kong est porteur de ce projet, responsable du volet "innovation, comodal et hydride”. 

L’enseignement comodal, né d’initiatives isolées dans un premier temps, devient petit à petit le sujet de nombreuses études de terrain. 


Le retour des apprenants

L'expérimentation prévoit d'analyser le retour et l'évaluation des étudiants, une fois la crise passée. En 202, le cours comodal a été imposé par les circonstances. Ce dispositif a en effet permis à tout le monde de poursuivre son apprentissage du FLE selon le mode de son choix, en présentiel ou à distance. 
Aujourd’hui, les cours comodaux sont  intégrés à l'offre de cours et les apprenants inscrits dans ce type de cours ont fait le choix du comodal dès le départ  :  comodal subi VS comodal choisi. Les commentaires des apprenants qui auront choisi le comodal de façon  délibérée feront l’objet d’un retour détaillé auprès des centres de langues qui participent à l'expérimentation. 


Un cours, quel cours ?

Aux prémices de son utilisation, les tentatives pour répondre aux besoins de chacun modifient notre rapport à l’enseignement du français langue étrangère. Tous les cours ne se prêteront sans doute pas à la mise en place de ce type de nouveau dispositif.  On sent néanmoins, une grande curiosité chez les différents acteurs concernés.

Les enseignants, tout d’abord, car ils y voient l’opportunité de garder le lien et de motiver les éléments d’un groupe les plus susceptibles d’abandonner - contraintes de temps, manque d’énergie, obligation extérieure, etc.

Les étudiants, ensuite, car ils ont enfin la chance de suivre ces cours qu’ils auraient manqué il y a encore un an.  Et en période de crise, on connaît tous l’importance de garder le lien - avec le groupe, la classe, son ou sa professeur.e. Le temps nous dira si le comodal offre de réelles perspectives d’avenir, d’un point de vue pédagogique et économique. 







Spread the love!